Le monument

L’implantation du monument de Michel de Broin en hommage à Salvador Allende enrichi le parc Jean­-Drapeau d’un symbole culturel fort et consolide le caractère international du site.

j-p2

01emplacement-projet-allende-jardin-floralies-22

Les dimensions de l’emplacement pour l’œuvre sont de 15 mètres x 32 mètres dans la partie la plus large.

monument-allende1

Cette œuvre, cet Arc,  représentera un arbre courbé en forme d’arc. Symbole de l’enracinement du peuple chilien, à la fois au Chili et en terre québécoise, cette sculpture reprendra l’image forte de l’arche. Métaphore de commémoration, elle incarnera de manière sensible l’idéal d’Allende pour un monde meilleur.

L’arc, sous toutes ses formes, réelles ou emblématiques, correspond à une sorte de conquête suprême de l’homme sur le vide.  

photo maquette de l'ARC de Michel de Broin (ok)

 

allende-dessin-ok2

P10025b1

P10025a

********************************************************************

P10032c

Titre du projet : L’ARC

 Création d’une sculpture de béton représentant un arbre gauchi en forme d’arche; un symbole d’immortalité pour célébrer la mémoire de Salvador Allende.

 • Emplacement : Située dans le jardin des Floralies du parc Jean-Drapeau.

 • Matériaux: Béton Ductal®

  Créé en 2000, le béton Ductal® combine des performances exceptionnelles :

–   résistance à la compression 6 à 8 fois supérieure à celle d’un béton traditionnel,

–   résistance à la flexion 10 fois supérieure à celle d’un béton traditionnel,

–   forte ductilité,

–   fluidité et facilité de coulage,

–   longévité 2 à 3 fois supérieure à celle d’un béton courant car Ductal® est très résistant à la corrosion, à  l’abrasion et aux chocs.

viaduc_millau

 Le Viaduc de Millau (France), mis en service en décembre 2004, a été construit avec du béton Ductal®.

 P1006

• Dimensions:  2,75m de hauteur x 3,5m de longueur x 1,75m de largeur.

• Aménagement: La sculpture ne requiert aucune modification à l’ensemble paysager du site et ne nécessite qu’un entretien annuel normal afin de conserver la sculpture dans son état original. Le béton utilisé offre une grande résistance au froid, aux intempéries ainsi qu’au vandalisme. Sa composition est simple et résistante.

 

– FABRICATION:

 

 L'Arc (M.de Broin)0

L’œuvre est fabriquée en trois étapes :

 

PRÉMIÈRE ÉTAPE

 

Réalisation de l’œuvre à partir d’un arbre. La fourche et le début du tronc sont récupérés tel quel ou avec des modifications s’il y a lieu. En moulant avec du silicone des parties de l’arbre, il est possible de reproduire un détail pour rajouter, entre autre, de la texture ou une branche.

L'Arc (M.de Broin)1a

L'Arc (M.de Broin)2a

La section centrale du tronc est découpée pour récupérer la surface supérieure et inférieure d’une épaisseur pliable. L’espace intermédiaire est ensuite rempli de mousse de polystyrène puis la texture de l’arbre est reproduite avec du silicone.

L'Arc (M.de Broin)3a

L'Arc (M.de Broin)4

L'Arc (M.de Broin)5a

La sculpture reproduisant un arbre gauchi de manière hyperréaliste est prête à être exécutée dans son matériau final.

L'Arc (M.de Broin)6a

 

– DEUXIÈME ÉTAPE

 

L’œuvre de Michel de Broin, l’ARC, en hommage à Salvador Allende, est entrée fin juillet dans la deuxième étape de sa construction.

 02a

04a

Avec la participation de Claudia Croteau, designer, et de son frère Guylain, artisan, fondateurs de M3BÉTON, tous les deux passionnés de béton, et spécialistes du moulage, ainsi qu’avec l’apport de René Croteau, Jérôme Gagnon, Sébastien Gionet et Madeleine Croteau, la fabrication du moule de l’ARC, avec du caoutchouc de polyuréthane renforcé d’une coquille de fibre de verre, a été entreprise.

05a

06a

Une structure auxiliaire métallique a été fabriquée pour soutenir le moule de l’ARC avant la coulée.

07aa

Une grande quantité de béton Ductal, très fluide, a été coulée en une seule fois, durant plusieurs heures, début août.

08a

09a

10a

11a

12a

L’Arc a été démoulé à la mi-août, le résultat est surprenant, cet arbre gauchi en forme d’arche a véritablement l’aspect d’un arbre.

14aa

14bb

 

– TROISIÈME ÉTAPE

 

Le processus de fabrication de l’ARC a duré presque cinq mois. Le dernier travail de finition réalisé par Michel de Broin a eu lieu la semaine dernière, simultanément au travail de fondation qui s’effectuait sur le lieu exact où va être installée l’œuvre d’art.

Le samedi 5 septembre était un jour crucial, le moule a été réassemblé pour  le transport et l’installation de l’œuvre qui avaient été minutieusement planifiés par Michel de Broin, Guylain et Claudia Croteau, Louis Dumontier et Jean-Pierre Thonney pour ce jour-là.

z.001a

z.002a

L’ARC, avec sa structure métallique de protection, pèse environ deux tonnes, ce qui signifie que le sortir de l’atelier où il a été fabriqué pour l’amener jusqu’au parc Jean-Drapeau, à l’île Notre-Dame, représentait un véritable défi. Il fallait une grue pour le déplacer, une remorque solide pour le transporter et surtout avoir bien défini le circuit vu que, par mesure de sécurité, la vitesse ne pouvait excéder 30 km/h.

z.003a

z.004a

En arrivant au parc où il y avait beaucoup de cyclistes, de retraités et de familles, l’objet géant transporté attirait tous les regards. Louis Dumontier et son équipe de la firme INFRAVERT, accompagné de  Michel de Broin,  exécutaient avec beaucoup de sérénité le déchargement de l’ARC, le posaient sur le site avant de l’ancrer finalement dans ses fondations.

z.005a

z.006a

Lorsque l’arbre gauchi en béton a été découvert au milieu du jardin, les passants le regardaient avec étonnement et curiosité en s’exclamant : “que c’est beau ! “

z.007a

Les points d’ancrage seront recouverts de  terre et de gazon, et un panneau expliquant que cette œuvre d’art public est en hommage à Salvador Allende sera fixé à proximité.

À la tombée du jour, l’ARC était installé avec succès. Le travail avait été ardu mais tout avait été exécuté tel que prévu et tous les visages exprimaient émotion et fierté.

L’inauguration aura lieu le vendredi 11 septembre 2009, jour anniversaire du coup d’État au Chili (11 septembre 1973).

********************************************************************

LE DEVOIR –18 septembre 2009 / Jérôme Delgado

Le bureau d’art public a installé deux nouvelles œuvres en des lieux jadis très fréquentés

Du nord de la ville, dans Cartierville, au territoire artificiel du sud, l’île Notre-Dame, Montréal agrandit sa collection d’art public. Le ton est à la commémoration: ici au parc Belmont, là à Salvador Allende.

L’ARC, de Michel de Broin

Un arbre recourbé vient de faire son apparition dans l’île Notre-Dame. Très recourbé, au point où il entre sa tête dans la terre. Ainsi pliée, son échine forme un arc. À l’ombre du casino, dans l’ancien site des Floralies, les passants seront certainement interpellés par ce nouveau venu.
Bien sûr, il ne s’agit pas d’un vrai arbre, mais d’une œuvre signée Michel de Broin, une des forces de l’art contemporain québécois. Et ce faux arbre en béton intitulé L’Arc a été planté il y a une semaine, le 11 septembre. Une date pleine de sens, pas du tout hasardeuse.

À l’invitation de l’Association des Chiliens du Québec, la Ville de Montréal a décidé de se doter d’une œuvre d’art public en mémoire de Salvador Allende, le président chilien renversé par les militaires de Pinochet. Le 11 septembre 1973. L’île Notre-Dame, déjà dotée de ses sculptures et de ses artefacts hérités d’événements rassembleurs et universels, était tout indiquée pour accueillir un tel mémorial. Même, et surtout lorsque celui-ci n’est pas une représentation fidèle du sujet.

«Un buste est d’un ennui mortel, ça n’aurait pas été intéressant, clame l’artiste. Un buste n’est pas universel, c’est sans réflexion. Ma sculpture accroche, elle touche les personnes concernées et attire les autres, parce que c’est un objet étrange.»

Le béton, l’acier, le bronze, ça poussé pas mal cet été à Montréal. La saison, en termes d’art public, aura été fertile. Juste à temps: à l’automne, un nouveau cadre d’intervention dans le domaine est censé être mis sur pied.
Pas moins de quatre œuvres ont été inaugurées, toutes d’esprit commémoratif. Bien sûr, on n’en est plus aux personnages à cheval et aux bustes, mais c’est à croire que, pour être acceptée, la sculpture payée par les fonds publics est condamnée à un rôle de mémoire.

Michel de Broin et Guillaume Lachapellen’ont pas livré des monuments lourds du passé à évoquer. Leurs œuvres commémorent, oui, mais de manière simple et poétique, presque détournée.

L’arbre en arc de l’un rappelle la force et l’ouverture d’Allende, le manège gris de l’autre, l’état d’abandon du parc festif. Fait à noter, les deux artistes n’avaient pas jusque-là d’affinités personnelles avec le sujet.
Sans se servir des lunettes et autres symboles forts du politicien socialiste. L’Arche, «élément architectural pour faire des ouvertures», rappelle-t-il, et ce passage qu’il crée évoquent tout le potentiel des choix d’Allende.
La tête dans la terre, L’Arc n’évoque pas une autruche, mais l’idée d’une éternelle semence. De Broin s’est inspiré de ce passage du dernier discours du président :
«J’ai la certitude que la graine que nous sèmerons dans la conscience et la dignité de milliers de Chiliens ne pourra germer dans l’obscurantisme.»
Natif de l’Estrie, Guillaume Lachapelle, lui, est arrivé à Montréal alors que le parc Belmont n’existait plus. Il n’est pas empreint de nostalgie, assure-t-il, mais le sujet l’a interpellé directement: des manèges, il en a souvent imaginés et en a même fait une expo.
«Les parcs d’attractions, dit-il, sont une métaphore de la vie. Avec cette œuvre, je parle de quelque chose entre l’attente et la déception, je joue sur la ligne, entre un côté sombre [aujourd’hui] et autre plus joyeux [hier].»
Le parc Belmont n’a pas rouvert cet été. Pas plus que les Floralies, sur l’île Notre-Dame. Mais en y installant deux nouvelles œuvres permanentes sur ces deux lieux jadis plus fréquentés, le bureau d’art public de la Ville de Montréal invite à les revisiter.

*************************************************************

Anuncios

Responses

  1. Monumento a la memoria del Presidente Salvador Allende en la ciudad de Montréal (Canada).

  2. Merci pour cette information interessante

  3. Merci pour cette magnifique oeuvre d’art.

  4. Merci beaucoup Michel de Broin!
    Une éternelle semence: C’est vraiment une belle œuvre d’art! ♥


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: